La capitale néerlandaise compte maintenant les jours où le VIH et le SIDA ont quitté notre monde pour de bon

0
77

Le nouveau monument d’Amsterdam sur le VIH / SIDA compte sur un monde sans virus. Juste à temps pour la Journée mondiale de lutte contre le SIDA, le 1er décembre, le maire de la ville, Eberhard van der Laan, a dévoilé la sculpture «Living by Numbers» de sept mètres de haut. Conçu par l’artiste français Jean-Michel Othoniel, le monument au SIDA ressemble à un abaque qui compte «au moment où le SIDA a quitté notre monde pour de bon». Des grandes perles écarlates portées à la main ne font pas seulement le compte à rebours, mais refléteront la lumière d’où ils se trouvent sur la rive sud de la rivière IJ, entre la gare centrale d’Amsterdam et la salle de concert Muziekgebouw près du IJ.

En tant que « une phare d’espoir et du soutien pour toute personne vivant avec le VIH», le monument est aussi «un hommage à tous les copains, supporters, employés médicaux, militants et scientifiques» et à tous ceux qui sont morts du SIDA. La banque de la rivière IJ a été choisie pour refléter les dimensions internationales du VIH et du SIDA en la reliant à une histoire riche du commerce du fleuve. La zone autour du monument, appelé De Ruyterkade, a également une histoire riche des homosexuels. Dans le même temps, De Ruyterkade 110 abrite le Café West-Indië, qui est à son tour le point de rencontre du Motor Sportclub Amsterdam, un club des motos spécialement destiné aux homosexuels.

LEAVE A REPLY

Login with: 
Please enter your comment!
Please enter your name here