Le président de la Tunisie veut rendre le sexe homosexuel légal

0
131

Une commission tunisienne a demandé que l’homosexualité soit décriminalisée dans le pays. La proposition de 230 pages, qui a été publiée le mois dernier, a révélé que tous les Tunisiens ne étaient malheureusement pas égaux en droits, en particulier lorsqu’il s’agissait des groupes minoritaires, en partie LGBT, qui étaient toujours considérés comme des criminels par la loi locale. Dirigée par le président de Tunisie, Beji Caid Essebsi, la commission a appelé à la suppression de la peine de mort, à l’égalisation des droits des femmes et à la dépénalisation des LGBT. L’homosexualité est illégale en Tunisie et passible d’emprisonnement à long terme ou même de la mort. Et l’un des sujets principaux de préoccupation pour les hommes homosexuels et bisexuels en Tunisie était la pratique courante « des tests anaux ». L’année dernière, le Human Rights Watch a rapporté que les autorités sanitaires tunisiennes avaient lancé des avertissements aux médecins pour qu’ils cessaient cette pratique offensive. En s’exprimant avec le Point Afrique, l’homme politique et l’avocat tunisien, Bochra Belhaj Hmida a déclaré que la nouvelle proposition de la Commission présidentielle était l’occasion de supprimer l’article 230 homophobe du pays. Le politicien a déclaré qu’il y avait deux options quant à l’avenir de la loi homosexuelle: Soit la décriminalisation complète de l’homosexualité, soit le fait que les personnes reconnues coupables des activités sexuelles entre les personnes de même sexe doivent payer une amende de 500 dinars tunisiens (soit environ 150 livres sterling).

LEAVE A REPLY

Login with: 
Please enter your comment!
Please enter your name here